UA-65865389-1
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/11/2013

LA TRUITE DE SCHUBERT

 

Vous avez vu sur le blog du Grillon heureux, les appétissantes truites qu’un généreux pourvoyeur allait offrir à sa dulcinée? Nous avons eu droit à la photo, pas aux truites.

truites chritiani4293927262.jpg

Quelques jours, précédents l'arrivée du Grillon au refuge, Sinead, celle qui adore la pêche; l’homme de ma vie; celui qui aspire à une pêche miraculeuse, et moi, la «douée» pour ce sport de patience, sommes allés à la pêche en ce lieu paradisiaque qu’est la pourvoirie Baroux.

Comme tout pêcheur armé de patience et enivré non pas de bière, mais des splendeurs de la nature qui nous entoure, nous  avons inlassablement lancé nos lignes à l’eau, durant douze bonnes heures d’affilée, dans un silence à entendre voler tout ce qui pique; religieusement accroupis dans notre chaloupe et, empêtrés entre les gréements de pêches et la provision de vers de terre.

Ce samedi- là, comme le Petit Prince de Saint-Exupéry, nous avons vu le soleil se lever, puis, à la tombée du jour, se coucher à l’horizon.

2-L1020694.JPG

 

Rassurez-vous, la nature est généreuse. Nous sommes repartis avec trois belles truites bien dodues : une arc-en-ciel et deux saumonées. Pas de quoi faire un banquet, mais de quoi donner aux « ankylosés de l’heure» l’envie d’y retourner l’an prochain.

«Les truites n’étaient pas au rendez-vous a dit le bon guide, un jour ça mord, le lendemain,  ça ne mord pas. C’est ça la pêche!» nous a rappelé un pêcheur chevronné.

1-L1020692.JPG

Plutôt que d’être muets comme des carpes, il aurait sans doute fallu chanter « la truite de Schubert » ou mieux adresser un texto à Héraime…

29/09/2013

BON DIMANCHE EN ATTENDANT L'ÉTÉ INDIEN

L1040102.JPG

Une merveille de la nature ce champignon

Grand-maman Cindy et Laila,  une autre merveille de la nature.

L1040104.JPG

 

14/09/2013

BONNE PROMENADE LES FILLES!!!

2-L1040082.JPG

1-L1040080.JPG

12/09/2013

LES DEUX ANS DE MADEMOISELLE CHARLOTTE

 

04-L1040023.JPG

Dimanche dernier, Caro et Éric  réunissent familles paternelles, maternelles et amis pour célébrer le deuxième anniversaire de leur cadette, mademoiselle Charlotte.

 

07-L1040048.JPG

Au Québec, en septembre, on dit que c’est la saison des pommes. Génial! Les parents choisissent donc de faire la fête dans un verger aménagé merveilleusement bien pour y accueillir de nombreuses familles et offrir aux jeunes enfants l’occasion de courir et de jouer dans un décor féérique,

2-L1040016.JPG

de pique-niquer en plein air; comme à la ferme,

3-L1040031.JPG

 de caresser ou de nourrir chèvres, poules, lapins ânes et chevaux,

4-L1040039.JPG

de se promener en « charrette, dans le verger aux  douze milles pommiers pour y cueillir une provision de belles pommes bien rouges et bien croquantes.  

Un chapiteau permet à la parenté  et aux amis de savourer le moment présent et les délices des produits de la pomme tout en contemplant et en s’extasiant devant la progéniture.

01-L1040011.JPG

 

Un délicieux gâteau d’anniversaire en forme de pomme mérite à Caro une avalanche de compliments et d’admiration.

09-L1040057.JPG

 

Après un spectacle offert aux enfants,  Pépin la Pom,  rejoint la “fêtée” sous le chapiteau,

5-L1040050.JPG

au moment ou les uns et les autres offrent des cadeaux pour souligner ses deux grosses années.

06-L1040047.JPG

 

Julien demeure perplexe devant la démesure du personnage sorti tout droit d’un conte qui raconte des histoires de pommes et de pommiers.

12-L1040070.JPG

 

Le cousin Arthur a lui aussi, droit de poser ses petites menottes sur le volant du tracteur qui conduit les visiteurs au pied des pommiers. 

11-L1040065.JPG

 

La vedette du jour, notre Charlotte est comblée.  Il faut la voir du haut de ses 2 ans déballer à la hâte les nombreux cadeaux et prendre en main le confort de sa nouvelle et première poupée.

10-L1040059.JPG

 

Cindy, la grand-maman transmet à sa petite-fille les rudiments d’un rôle qu’elle jouera peut-être un jour.

02-L1040014.JPG

 

Les grands-parents "jubilent" au milieu de la relève.

03-L1040018.JPG

 

À petits pas, avec Arthur  les arrières ne ratent pas l’occasion de fredonner les paroles de la très belle chanson de Duteuil :

Prendre un enfant par la main

Pour l’emmener vers demain.

Pour lui donner la confiance en son pas,

Prendre un enfant pour un roi…

Comment résister à ce privilège qui leur est offert? »

02/09/2013

FAMILLE, JE VOUS AIME!

 

06-L1030947.JPG

Vu l’âge canonique de la fratrie, (moyenne d'âge 80 ans) depuis quatre ou cinq ans, à la veille de l’automne, je me fais un devoir (mieux, une immense joie) de réunir frères et sœurs de « l’homme de ma vie » durant au moins quarante-huit heures d’affilée, et ce, sans qu’ils se quittent d’un coude.

04-L1030940.JPG

 

J’adore!  Au matin,  rassemblé autour de la table pour le petit-déjeuner, le temps s’arrête. Les mémoires se déverrouillent. Les anecdotes abondent. Les souvenirs s’entrecroisent. Les ancêtres ressurgissent au  passage d’une photo, d’une ressemblance. Le passé reprend vie, s’illumine, empiète sur le présent. Les liens fraternels se resserrent, se réchauffent. Les voix s’entremêlent, les éclats de rire fusent de toutes parts. Les pourquoi laissés en plan en cours de vie s’élucident et trouvent réponse. Les peines, les épreuves, les joies, les bonheurs se confondent, perdent de leur importance.

02-L1030934.JPG

 

Au menu du petit-déjeuner « santé »  Norman a proposé d’aider l’hôtesse à servir les œufs bénédictine au saumon fumé. Les gourmets de la table québécoise dégustent les yeux fermés, le traditionnel "rôti de lard" (rôti de porc frais) accompagné de sa graisse de rôti.

03-L1030936.JPG

Sous l’œil averti de Mabel, Lewis, notre comptable est chargé de diviser ce délice des dieux en sept précieuses portions.

01-L1030928.JPG

 Burthy, la cuisinière émérite nous réserve une pointe de sa " tarte au sucre d’érable" nappée de crème fraiche à faire rougir un diabétique.

08-L1030955.JPG

 11-L1030975.JPG

 Après la croisière en bateau-mouche sur le lac Tremblant, son histoire, et la découverte de la montagne du géant qui dort, une visite en voiturette VIP a permis à nos visiteurs d’admirer la beauté à couper le souffle des paysages qui enchâssent les 18 trous de  ce parcours exceptionnel qu’est le golf le Géant.

09-L1030968.JPG

À la tombée du jour, attablés sous les étoiles, c‘est une quasi veille d’armes,  avec ses moments de réflexion, ses sourires qui en disent long, ses regards interrogateurs dirigés vers les uns et les autres, ses brefs silences. Ses regains de tendresse. .  On se rend compte que l’arbre généalogique est étonnamment bien portant avec ses 36 descendants en chair et en os, et sa quatrième génération qui pointent de l’œil en train de se tailler une place dans les cœurs et autour de la table ancestrale. S’ajoute les questionnements qu’éveillent les âges et les devenirs. "Hier n'est plus, demain n’est pas encore, c’est aujourd’hui que nous sommes".

1-L1030978.JPG

D’une main de maître, l’homme sabre le champagne et la fratrie lève un verre d’espoir de se retrouver même jour, même heure, au même endroit l’an prochain.

07-L1030948.JPG

Tout au long de ses heures inoubliables, François, le beau-frère ingénieur-forestier, appareil photo à l’œil, entraine les uns et les autres à la découverte des  grandes et petites merveilles de la nature qui nous entoure, tandis que la belle-sœur se réjouit de cette précieuse réunion qui lui tient tant à cœur.

10-L1030974.JPG

 

À la revoyure la parenté! 

 

 

14/08/2013

JE ME NOMME LAILA, J'AI DEUX JOURS

1-2013-08-13 10.52.10-1.jpg

Un enfant, ça vous décroche un rêve,

un enfant ça peut vous faire rêver...

De la maternité à sa maison, 

La première sortie de Laila.

Bonne nuit et de beaux rêves

12/08/2013

OYEZ! OYEZ!

 

« Je visite assidument ton blog et je vois que tu as peu écrit en juillet! ». Cette remarque de Jean m’amène à lui répondre : tu as raison. Ou je suis à court de sujets, ou je crains  me répéter,  tourner en rond, lui dis-je sur un ton qui frôlait la culpabilité.

Quelles excuses! Moi, à cours de sujets quand la tribu est en attente d’une belle naissance que nous annoncerons Guillaume et Nancy, d'une heure à l'autre. Une naissance qui nous fera, une fois de plus, arrière-grands-parents.

 Quelles impardonnables excuses!

1-2013-06-01 20.14.13-1.jpg

Juste à penser qu’Iseult la cadette de nos petits-enfants eut 11 ans le 2 août dernier;

1-L1020631.JPG

que Charlotte aura 2 ans  le 15 septembre prochain; que, depuis mai dernier,

3-L1030718.JPG

je peux désormais taquiner Tanya en lui disant : « maintenant que tu es médecin, nous pouvons « tomber » malades »

L1030699.JPG

Et puis, regarde- moi l’homme, en train de raccommoder un joli mini pot de terre cuite rapporté d’Irlande pour y semer les graines de Shamrock

2-L1020731.JPG

en souvenir de notre voyage en compagnie de William. Ce n’est pas inspirant de voir le raccommodeur de faïence et de porcelaine que chantaient nos mères à l’époque.

Merci Jean! assise sur ma terrasse, en plein soleil, c’est grâce à toi si j’écris cette note aujourd’hui.

L1030703.JPG

  Zieute bien mon écran, vois le décor qui s’y reflète. Ce n’est pas beau ça? Il y a bien là de quoi inspirer une plume! Non?

À ce point, chers lecteurs, je ne vous ai pas encore dit qui est ce Jean.  L’homme? Le conjoint? La légitime?

4-L1010598.JPG

Il est le gynécologue et mari de Denise. Je vous ai déjà parlé d’elle et de nos retrouvailles. Denise était la cousine de ma mère, donc ma petite-cousine. Nous avons le même âge et sommes nées toutes deux en septembre 1931. Il nous aura fallu attendre jusqu’en 1957 pour faire connaissance. C’était au moment où je donnais naissance à ma fille Cindy à l’hôpital où la jeune femme était infirmière. Puis, nous nous sommes perdues de vue. Nous avons renoué connaissance en 2012. Une longue histoire qui débuta grâce à mon fils Patrick.

Depuis, nous ne cessons de tricoter nos liens d’appartenance, de découvrir nos ressemblances, de rattraper le temps perdu. On a pas idée comme c’est merveilleux ces retrouvailles tardives.

Je reviens au commentaire de Jean et toujours en perte d’inspiration, hier, je demandais à Caro de m’envoyer des photos des moussaillons que vous connaissez grâce à ce chéri de blog. Mission accomplie.

1-IMG_3937-1.JPG

J’ai reçu des photos et j’ai craqué devant ce petit bout d’homme que devient Julien. En le voyant il m’est venu à la mémoire ce sublime poème de Rudyard Kipling paru en 1910 et traduit en 1918 par André Maurois sous le titre « SI…Tu seras un homme mon fils »

Et, SI pour terminer ma note en beauté…je vous livrais ce poème.

1-20130811_190305.jpg

Une belle parenthèse avant le poème:

Oyez! Oyez! Je ne suis pas le crieur, mais je vous annonce une primeur: Je viens d’apprendre à l’instant,  que ce dimanche 11 août, à 18 h 58,  Nancy vient de donner naissance à une belle petite fille de 7 livres et 1 once. La grand-mère est au comble de la joie. Le grand-père déborde de fierté. Félicitations à Guillaume,  notre filleul et à la maman, ainsi qu’aux grands-parents Cindy et Claude. Et maintenant voici le poème attendu :  

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot, te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant, lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d’un seul mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,

                            Tu seras un Homme, mon fils.

 

12/05/2013

UN CADEAU DU CIEL

 

 

L1020650-002.JPG

Je jubile au milieu des filles de ma merveilleuse tribu rassemblée pour célébrer la Fête des Mères. Quatre générations 

07/05/2013

ces petits gestes que l'on ne regrette pas

 

 

1-L1020578-001.JPG

En regardant la dalle en ciment que l’homme de votre vie et vous, aviez coulé en 1970, ayant soin d’y graver le millésime et d’y laisser ce jour-là, les empreintes des pieds de vos enfants et les vôtres, vous n’auriez jamais pensé qu’un jour, quarante-trois ans plus tard,  vos arrières petits-enfants allaient découvrir la précieuse dalle, et y poser leurs petits pieds dans ces empreintes à jamais incrustées dans la pierre, comme l’avaient fait vos enfants, maintes fois, au fil des années, jusqu'au jour où ce fut les leurs qui reprirent le geste.

Les yeux fixés sur cette dalle enchâssée de cailloux rejetés par la mer, vous n’aviez jamais imaginé qu’une quatrième génération viendrait poser ses pieds dans les vôtres,  juste pour voir...

C’est trop beau et c’est gratuit. Il aura fallu juste un peu de ciment, du sable, des petites roches, de l’eau, une truelle et beaucoup d’amour.    


 

03/04/2013

UNE BRIGADE HORS DU COMMUN!


Un grand chef à toujours sa brigade dans la cuisine. Voici la mienne! Elle est formée de mon fils, Lawrence et mes deux petits-fils,  Éric et Guillaume, et ce, pour les besoins de la cause: le Brunch de Pâques. Ils me prêtèrent main-forte. En moins de temps qu’il en fallut, ils ont préparé et servi 24 œufs bénédictine succulents comme il se doit : English muffin recouvert de saumon fumé, puis de l’œuf poché nappé de sauce hollandaise onctueuse, couverte d’un filet de sirop d’érable. Un pur délice qui accompagnait le jambon glacé à l’érable, les fèves au lard du maître des lieux et les pommes de terre dauphinoises spécialité du grand-père aidé d'Iseult sa petite-fille adorée.  

 

L1020500-002.JPG

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique