UA-65865389-1
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/06/2014

DANS MES BAGAGES,IL Y AVAIT

1-L1050491.JPG

Quelques mètres de jolie dentelle achetée au "Market",  grâce à la gentillesse de Nicole. Ouf! j'en ai eu plein les yeux! Maintenant, lorsque je regarde par la fenêtre, c'est un peu Châteauroux que je revois. Je pense à vous tous qui êtes si loin et si près virtuellement.

Excellente semaine ensoleillée!

13/06/2014

COUCOU POUR UN BRIN DE CAUSETTE

Il pleut à « boire debout! » Depuis notre retour de la fabuleuse Bloguinade dans le Berry, le mauvais temps est au beau fixe. (Je me comprends).

Le mauvais temps nuit à l’inspiration puisqu’il nous force à faire maints petits travaux. Ceux-là mêmes laissés en souffrance, pour cause d'absence prolongée des maîtres du lieu: (l’homme et votre humble blogueuse, la cousine du Canada.)

2-L1050403.JPG

La raison majeure de cette absence prolongée fut justement, je me répète, cette Bloguinade 2014 chaleureusement organisée par Nicole et Henri,  où rien ne fut laissé au hasard. Je dis, à tout venant, ce fut un franc succès.

3-L1050481.JPG

 

Il n’y a rien comme un amoncellement de cartes touristiques,

2-L1050482.JPG

de souvenirs, de photos,

1-L1050272.JPG

de commentaires sur les blogs et sur Facebook et de rêveries évoquant les visites,

1-L1050352.JPG

les paysages, les découvertes sertis d’une franche camaraderie et d’amitié pour vous laisser pantoise devant votre écran.

1-L1050480.JPG

 

Il m’aura fallu cinq jours, les pieds à Tremblant et la tête à Châteauroux, pour reprendre le clavier. C’est l’homme de ma vie, l’élément déclencheur qui en est la cause. Vous le voyez sur la photo? Abrité sous le parasol qui le protège, non pas du soleil, mais de la pluie froide et abondante, en train de préparer les « boîtes à fleurs, qui feront le ravissement des invités la saison venue, j’ai craqué.

L1050162.JPG

 

Allez madame, secouez vos rêveries, pas d’excuses, à l’ œuvre! Le clavier vous attend.

25/03/2014

LA TRIBU REVIENT DE LOIN...

5-L1020721.JPG

En 2013, pour ses 18 ans, William dans le métro de Londres

La tribu revient de loin, d’où mon silence des derniers jours. L’espoir et la confiance ont repris du poil de la bête. Notre William nous a pris par surprise. Il a dû être hospitalisé. Je vous épargne la suite, c’est évident et compréhensible. Je peux vous dire que la tribu a maintenant séché ses larmes et reprit son souffle et que William a retrouvé son sourire. Les parents respirent mieux. La vie n’est pas toujours un jardin de roses. Elle nous réserve parfois des surprises quand ce ne sont pas des chocs. Ce qui rappelle que le bonheur et la paix d’esprit sont fragiles et jamais acquis.

Au moment où je vous adresse cette note, on me rappelle que William est entre très bonnes mains et se porte bien.

4-L1040795.JPG

 

De la chambre des invités, vue superbe sur la mer. De la salle à manger, l’un des nombreux golfs entourés de palmiers, comme on aime les voir après un long hiver.

L1040819.JPG

 

La vie reprend son cours. Une fois rassurés de pouvoir quitter le bercail, d’une part et, d’autre part,  croyant être de bonne compagnie et sans doute utiles, les ancêtres ont accepté d’oublier ce qui reste de l’hiver et d’accompagner leur fille inaugurer un nouveau pied à terre sous des cieux plus cléments.

1-L1040775.JPG

 

Le 20 mars, premier jour d’un printemps convoité, ce sont les anniversaires de la maman et de sa fille Sinead. Pour ne pas rater ce jour mémorable, la veille de notre départ, le 19 mars, nous avons donc levé nos verres et chanté la traditionnelle « Bonne Fête aux heureuses "jubilaires".

1-photo1.jpg

Voici sa première photo officielle.

Entre temps, Éric et Caro ont confirmé qu’il y avait un troisième trésor en train d’être « tricoté ». Livraison au calendrier : septembre prochain. La joie et le bonheur que procure la nouvelle sont un rayon de soleil pour nous.

1-L1040798-001.JPG

 

Je marche dans leurs pas en fredonnant: "La mer m'a laissé sa carte de visite, pour que je vous invite" Je ne suis pas plus loin que mon blog, une petite visite me ferait tellement plaisir.

 

 

05/03/2014

c'est jours qui te semblent vides...

 

 1-CIMG9442.JPG

Mars, l’interminable où rien ne se passe, semble-t-il.

Derrière soi, il y a bien les derniers tintamarres d’un carnaval en folie avec son Mardi gras endimanché.

Devant, à perte de vue, Pâques avec ses promesses de vie et ses tulipes à fleurir.

Et, pendant ce temps-là, il y a l’hiver qui s’étire jusqu’à empiéter sur le carême, pesant lourd sur nos esprits et nos corps transis.

« Ces jours qui te semblent vides

Et perdus pour l’univers

Ont des racines avides

Qui travaillent les déserts »

Ces très beaux vers extraits de « Palme » de Paul Valéry n’ont jamais été aussi à propos qu’à cette époque de l’année.

Jamais aussi à propos, car, au moment où dans le secret des dieux, pour assurer la récolte à la chaude saison, dévotement, plusieurs d’entre nous, préparent déjà les semis.

Pourquoi ne pas nous inspirer de la nature et s’offrir un temps d’arrêt pour réfléchir sur soi; pour se mieux connaître; pourquoi pas.

Un temps d’arrêt, qui invite à une prise de conscience exceptionnelle de son "moi", de son être et de son devenir.

Un temps d’arrêt qui devient un exercice d’objectivité où l’ambivalence n’a pas de place en se demandant :

Qui suis-je? Pourquoi je suis ce que je suis? Que serais-je si?

À la fin de ce mois interminable, propice à la semence d’un regain de vie, je souhaite que nous éprouvions le même sentiment que le poète immortel, Paul Valéry, lorsqu’il dit à la fin de son poème :

 "Tu n’as pas perdu ces heures,

Si légère tu demeures,

Après ce bel abandon :

Pareille à celui qui pense,

Et dont l’âme se dépense

À s’accroître de ses dons! »

 

 

24/01/2014

CES RENDEZ-VOUS À NE PAS MANQUER

2-L1040597.JPG

D’une génération à l’autre, la cuisine est le port d’attache et c’est merveilleux.

1-L1040602.JPG

Joyeux anniversaire Patrick!

Souffle jeune homme tes 49 ans. Il faut les éteindre d'un coup! 2-L1040605.JPG

1-L1040607-001.JPG

Même sans chandelles, les gâteaux de Iseult et de Fiona sont tellement meilleurs et plus jolis.

À vous tous qui prenez le temps de me visiter, je vous souhaite un weekend débordant de petits bonheurs et vous rappelle que ce petit clin-d'oeil me fait toujours chaud au cœur.


09/01/2014

Plus rien n'étonne les grands-parents

 

 

 

3-L1040570.JPG

« Je prendrais bien un peu de crème de carottes et de l’aspic au thon « 

2-L1040575.JPG

 

Par un froid de moins 20, traverser en bikini chez les grands-parents,  

1-L1040571.JPG

voilà le défi que Sinead avait à relever sous l’œil complice de ses parents.

15/07/2013

UN DIMANCHE DE RÊVE

 

 

L1030639.JPG

Vous allez me demander : que veut dire un dimanche de rêve chez la cousine blogueuse?

Permettez que je réponde. Aujourd’hui, j’ai l'impression qu’enfin l’été est arrivé pour de bon - Expression familière pour signifier que le mauvais temps est derrière nous. Lui, le mauvais temps et ses matins frisquets et grisâtres, ses pluies diluviennes, et ses bourrasques à « décorner les bœufs ».- On dit que l’été est arrivé le jour où le ciel est d’un bleu mur à mur et que le soleil est de plomb. Aujourd’hui, notre bon thermomètre affiche à l'instant 43 degrés au soleil. Me croirez-vous?  43 brûlants beaux degrés au soleil. J’ai vérifié, deux fois plutôt qu’une, pour ne pas vous induire ou m’induire en erreur.

Je reviens à mon dimanche de rêve.  Assise à l’ombre de mon parasol, mon ordi sur les genoux, un pichet de limonade sur ma table à pique-nique, un verre rempli de glaçons et le silence le plus complet. Le « silence le plus complet », -je ne me répète pas, je précise-ce silence est celui où l’on arrive à entendre, en continu, le bruissement de feuilles caressées par la brise, le chant d’un oiseau sur une branche, Le vrombissement des ailes d’un colibri. Bref, un silence à entendre voler une mouche. Dites : ai-je raison?  

Avant de vous retrouver, de partager avec vous ce moment virtuel et béni des dieux, je lisais. J’ai lu durant, au moins, deux à trois bonnes heures. Quelle chance inouïe de pouvoir s’accorder des heures de lecture, sans interruption, sans relever la tête sauf pour offrir une arachide à "Cachou" ma bestiole chérie qui me grimpe sur le pied ou de déposer quelques graines de tournesol à la petite mésange qui sait réclamer sa part d’attention.

Justement, la tête, elle était plongée dans la lecture d’un ouvrage plus que passionnant : «Sauve-toi, la vie t’appelle » de l’auteur Boris Cyrulnik, éthologue, psychanalyste, neuropsychiatre et directeur d’enseignement à l’université de Toulon. Il est l’auteur d’immenses succès notamment : Un merveilleux malheur, Les vilains petits canards, Les nourritures affectives. Sa démarche : reprendre toutes nos idées reçues en matière de psychologie et les repenser à partir de l’observation des comportements animaux.  

Faut dire que la tête je ne l’aurais pas relevée, n’eut été la visite de "Gamine" et de ses deux faons du printemps. Je suis convaincue qu’elle était fière de venir me montrer ses deux Bambi, comme Nancy viendra le faire dans quelques semaines tenant dans ses bras, l’arrière-petite-fille que l’on attend.

Un geai bleu se pose sur ma table et reprend son envol, une arachide au bec.  Un chardonneret chante perché sur la branche d’un bouleau dont l’ombre allongée sur le sol m’indique l’heure. Le soleil descend à l’horizon caressant de ses derniers rayons la 17e allée du Géant couvrant d’enluminure et d’or : bouleaux, chênes, sapins, pins et épinettes. Avant d’aller vers le sous-bois cueillir une platée de bleuets et de framboises sauvages que j'offrirai au dessert, je ferme mon ordi, mais pas sans vous souhaiter de vivre à votre tour et très bientôt UNE JOURNÉE DE RÊVE.

14/05/2013

MOI MES SOULIERS...

 


 

L1020623-001.JPG

Charlotte découvre le plaisir de l’apprentissage.

13/05/2013

UNE CORBEILLE SANTÉ

 

1-L1020612-001.JPG

 « Se mange sans avoir faim »

aurait dit ma mère,

présente dans ma pensée, 

le jour de la Fête des Mères.

 

07/05/2013

ces petits gestes que l'on ne regrette pas

 

 

1-L1020578-001.JPG

En regardant la dalle en ciment que l’homme de votre vie et vous, aviez coulé en 1970, ayant soin d’y graver le millésime et d’y laisser ce jour-là, les empreintes des pieds de vos enfants et les vôtres, vous n’auriez jamais pensé qu’un jour, quarante-trois ans plus tard,  vos arrières petits-enfants allaient découvrir la précieuse dalle, et y poser leurs petits pieds dans ces empreintes à jamais incrustées dans la pierre, comme l’avaient fait vos enfants, maintes fois, au fil des années, jusqu'au jour où ce fut les leurs qui reprirent le geste.

Les yeux fixés sur cette dalle enchâssée de cailloux rejetés par la mer, vous n’aviez jamais imaginé qu’une quatrième génération viendrait poser ses pieds dans les vôtres,  juste pour voir...

C’est trop beau et c’est gratuit. Il aura fallu juste un peu de ciment, du sable, des petites roches, de l’eau, une truelle et beaucoup d’amour.    


 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique