UA-65865389-1
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/02/2015

ENTENDRE SANS ÉCOUTER...

Cette année encore, au moment de remiser dans mon coffre de rangement où s’entassent mes décorations du "Temps des Fêtes" : Guirlandes, ampoules lumineuses, crèche pour abriter les santons de Provence rapportés dans mes bagages,  Jésus de cire, etc., je ne parviens pas à déposer sans un léger pincement au cœur, le petit sapin confectionné par maman  à partir de cintres métalliques, d’une guirlande dorée et d’ampoules minuscules.

L1060247.JPG

C’était son premier Noël sans son compagnon de vie. Pour reprendre, courageusement le  goût de vivre;  pour s’apprivoiser à cette nouvelle solitude,  maman participait à des ateliers de « créativités » offertes dans la paroisse. Au programme, en décembre, on proposa, entre autres,  la confection d’un mini sapin de Noël décoratif,  à placer sur une table, un meuble ou à offrir en guise de cadeau d’amitié. Cette petite chose, jolie, mais modeste, créée de ses mains symbolisait l’amour et l’enthousiasme l’ayant habitée au moment de sa réalisation.

Maman n’est plus et chaque année, au moment de remiser le trésor dans sa boîte, je revois la petite dame,  je l’entends. « Regarde ce que j’ai fait! »  Elle était si heureuse et si fière de son chef-d’œuvre, de sa création. Comme si c’était la première fois qu’elle réalisait une merveille et pourtant, on ne les comptait plus, tellement elle était habile de ses dix doigts. Elle expliquait, détaillait, s’enthousiasmait en pensant qu’elle avait réussi de A à Z, cette merveille qu’elle allait m’offrir.

Vous vous demandez sans doute pourquoi je vous fais part de cette anecdote, sous-entendue de regrets.

Cet humble présent enveloppé dans des mots joyeux trahissait les efforts déployés dans le but d’assumer sa nouvelle vie sans son homme. Je l’entendais me raconter, mais, avec le recul, je me dis que je n’avais pas porté attention à ses propos. Je ne les écoutais pas attentivement. Conséquence, je n’ai pas su décrypter les messages qu'elle me livrait inconsciemment, et du fait, je n’ai pas su lui témoigner l'admiration et les mots d’encouragements que cette femme méritait. Une maman ça pardonne, heureusement.

00:23 Publié dans Anecdotes | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Que c'est une belle histoire "d'amour" que tu nous contes là !!!
Belle soirée bises
Nicole

Écrit par : Nicole la Berrichonne | 04/02/2015

Moi je t'écoute attentivement,je sais....Cette deuxième partie de nous qui n'est plus à nos cotés...Tu as sûrement fait ce qu'il fallait,en fonction de ton ressenti,ne te juges pas,et ce beau souvenir est là pour te le rappeler.Parles d'elle,encore et encore,tu la fais vivre.
Et moi je te fais un gros bisous ma "gaminette"!!!
Christiane

Écrit par : Les bouchons voyageurs | 07/02/2015

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique