UA-65865389-1
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/01/2015

UNE HISTOIRE À DORMIR DEBOUT

9-L1060059.JPG

Vous devriez être en train soit de chausser vos skis ou terminer un virage; dresser la liste des cadeaux; faire vos emplettes de Noël; ou cuisiner pour les fêtes. Non!, vous vous envolez vers le sud en amoureux. Une brève escapade, le temps de réchauffer vos vieux os.

Il n’y a pas que votre transporteur qui a des ailes, vous également, juste à penser à la mer, au sable chaud, au repos convoité. Le temps de fermer les yeux et vous y voilà enfin. Il est midi. Devant le comptoir de location de voiture, la tiédeur de la brise qui souffle dans les palmiers fait que vous vous sentez soudainement empreinte d’exotisme.  Si vous rêviez vous retrouvez un jour au volant d’un bolide racé ou d’une séduisante décapotable, c’est le temps ou jamais.

3-L1060022.JPG

Pour l’instant, ce n’est pas votre cas. Vous êtes chargé comme un mulet avec votre attirail de golf et celui de votre « Tendre ». Vous optez pour un "Quatre roues" aux vertus économique et utilitaire.

Une fois la paperasse - multiples copies minutieusement complétées. Il faut le temps qu’il faut. (Dans les circonstances, vous pensez toujours à ces pauvres arbres qui finissent leur vie en feuilles de papier et ensuite à la poubelle); les signatures exigées ici et là, toujours plus qu’il en faut. Vous venez de grignoter 15 à 20 minutes de vos précieuses vacances. Dans l’euphorie du moment, ça n’a pas d’importance pensez-vous. Finalement, l’agente derrière le comptoir (parce que c’est une fille) vous remet la clé de la bagnole en question.

Cette clé est attachée, à une sorte de truc sur lequel est indiqué; côté pile, un numéro de onze chiffre, gros comme ça! Un semi-voyant les lirait à l’œil nu. Au-dessus desquels, pour votre tranquillité de voyageur en pays étranger, on a inscrit : Roadside Assistance.

Côté face, s’y trouve, une série d’informations « vitales », à lire à l’aide d’une loupe, si jamais…."Vous pouvez dormir tranquille, nous sommes aussi près que votre cellulaire en cas de besoin », prend soin de murmurer la « Douce ».

5-L1060110.JPG

 Porte-clés d’une main, valise format réduit de l’autre, roulant allègrement derrière vous. Tiré par votre golfeur amateur, suit un genre de sarcophage égyptien, monté sur roues, dans lequel repose en double le nécessaire golf : (bâtons, chaussures, casquettes, gants, vêtements et pour les superstitieux, quelques balles d’exception. Bref, ce dont vous avez besoin pour jouer convenablement sur des parcours paradisiaques, à faire damner ou béatifier toute âme bien née.

La mise en branle du transport routier se fait en douceur. La route est magnifique, la vie est belle, le temps vous appartient. Presque rendus à destination, sur la gauche du « chauffeur désigné »,  vous apercevez une enseigne gigantesque : McGuire’s Irish Pub tout de vert scintillant dans le soir étoilé. Une « apparition » ne ferait pas plus d’effet.

Let’s go! Clame le copilote à son irlandais de mari. En un tour de roue, la voiture obéit et se retrouve bel et bien stationnée devant le pub illuminé à tout rompre. Vous ouvrez la portière et qu’entendez-vous? Un chant de Noël en français. Moment divin! Vous êtes en décembre, bien entendu. Le temps est beau, il fait bon, c’est la tombée du  jour. Que vouloir de plus.

AH! Ces Américains pensez-vous, Il n’y a qu’eux pour faire ça.

 « Monsieur, vous avez une crevaison, regardez votre pneu arrière, il dégonfle ». En anglais of course.

C’est une voiture louée! Riposte l’homme au volant. Comme si ça ne se pouvait pas!

Le jeunot s’empresse d’ajouter: « C’est simple, composez le numéro inscrit sur votre porte-clés. Ils vous dépanneront sans tarder ». En plus d`être gentil, il est beau le chérubin. Ça ne fait jamais tard.

Comme par hasard, votre téléphone intelligent vous a lâchée. Il a perdu le nord le pauvre. Le Pub pensez-vous. Votre visage pâle et vos yeux affolés font que l’hôtesse du Pub vous offre volontiers d’utiliser le sien, pas le portable, le vrai, celui posé en permanence sur le comptoir.

L’espoir au bout des doigts, vous composez les onze chiffres en question. Vous n’avez aucune idée, où est situé le gars au bout du fil. Vous lui racontez votre malheur.

 -Comment avez-vous fait cette crevaison?

La question est de trop! Vous préférez répondre en précisant qu’un gentil jeune homme vient de vous annoncer la chose, juste devant le Irish Pub sur la 98 East. Comme si l’établissement était connu à la grandeur de la planète.

Ce n’est pas ce qu’il voulait entendre.

Sur votre porte-clés, toutes les informations sont là (lisible à la loupe, rappelez-vous). D’abord, il veut connaitre le numéro du MVA. Vous cherchez allègrement, sans loupe, hélas! Les minutes passent. Pour ne pas perdre le nord, vous faites appel au saint patron des voyageurs (les plus âgés d’entre vous se souviendront de Saint-Christophe). Miracle, vous trouvez le MVA et ses 8 chiffres. Vous êtes aux USA, donc l’anglais est de rigueur, et dans la pénombre d’un pub par surcroit, donc bruyant à souhait. Vous lisez les deux premiers chiffres, puis les trois derniers, tentant d’expliquer à votre extra-terrestre (ne sachant toujours pas sur quelle planète il se trouve), qu’une brillante personne a percé un petit trou ( a hole) dans le porte-clés pour enfiler l’anneau qui retient la clé, altérant de la sorte les 3 chiffres centraux. Impossible pour lui de comprendre votre charabia. Trop c’est trop. Pourtant vous qui me lisez, vous avez compris de quoi il s’agit?  Lui pas! Même après avoir répété quatre fois l’histoire du trou qui compromet la visibilité des chiffres. Le trou est de trop pour ces chastes oreilles. Toujours avec l’aide du saint patron et un peu d’éclairage, vous apparaitront à peine lisible, les trois chiffres mutilés). Voilà!  Vous ne savez toujours pas ce que signifie MVA. Pas grave, l’homme vous expliquera plus tard.

Deuxième question : Où êtes-vous?

-Sommes stationnés devant le McGuire’s Irish Pub, du côté opposé de la Marina.

"Non! Je veux connaitre l’État dans laquelle vous êtes situés!" Vous n’en croyez pas vos oreilles. Florida! lancez-vous, comme si ça ne se voyait pas ou que vous veniez de trouver la réponse gagnante dans un concours télévisé.

 « Non donnez-moi les deux lettres de l’État. »  Pour ne pas l’induire en erreur, vous cherchez une fois de plus,  parmi les informations (vitales), à « State » vous apercevez FL. Voilà ce qu’il fallait répondre

Le temps file. Vous êtes toujours là, à l’intérieur de votre Irish Pub, accoudée au comptoir de réception, au téléphone depuis d'interminables minutes.

 L’hôtesse et deux serveuses vous assistent tour à tour du mieux qu’elles le peuvent moralement avec de grands sourires et des regards complaisants.   

Hétéroclites! ces questions qui fusent. Exaspérée, vous lancez haut et fort : « si nous avions changé le pneu nous-mêmes, plutôt que de faire appel à votre aide, il y aurait longtemps que ce serait fait (ce cri de désespoir est composé d’un amalgame de français, de québécois et d’américain.) 

Devinant votre impatience, le bon Samaritain toujours sur sa planète inconnue, vous annonce qu’il enverra un camion remorque (il faudra compter entre 40  à 60 minutes d’attente), précisant que le mécanicien enlèvera la roue du pneu esquinté, pour la remplacer par votre roue de secours, ayant soin de vous demander s’il s’en trouve une dans le coffre arrière. Vous vous souvenez avoir vérifié ce détail, avant de dire au revoir à la Douce (coomptoir de location), confiante de ne jamais y avoir recours.

L’extra-terrestre au bout du fil (étant donné qu’il ignore où FL est située sur la planète, c’est sans importance) et vous, qui ne savez toujours pas dans quelle galaxie il est accroupi quand il vous questionne), vous annonce, que le « job » terminé, vous n’aurez qu’à retourner à l’aéroport (comme si de rien n’était – 2 h 30 aller-retour,  sans compter l’aide du GPS) et sans compter le temps qu’il faudra pour justifier la crevaison;  le temps pour prouver que vous n’avez pas fait exprès et celui du  déménagement du sarcophage dans une autre voiture aux quatre pneus indemnes.

10-L1060060.JPG

Vous n’arrivez pas à croire qu’il fallait tout ce "brasse-camarade" pour un simple clou enfoncé miraculeusement dans la semelle de cet exécrable pneu de malheur.

6-L1060099.JPG

Vous remerciez de tout cœur la gérante, Charlotte Ratikan responsable du service à la clientèle, (née en France soit dit en passant); le personnel de l’établissement pour l’accueil généreux et chaleureux qu’ils ont déployé, avouant devoir abandonner l'intention de savourer un Irish Coffee, raison première de votre arrêt dans l’établissement. Vous promettez d’y revenir pour le brunch du dimanche.

 Il est minuit, vous roulez lentement sur votre roue de secours. Non pas vers l’aéroport comme il se doit, mais vers votre nichoir qui donne sur la mer.

« Rentrons écouter les vagues se briser sur le sable. » Votre vacancier a parlé. Au bout d’un long soupir, il ajoute: « Tomorrow is another day ».

4-L1060061.JPG

 Après tout, cela aurait pu être pire! En pensant au vieux dicton : les voyages forment la jeunesse. Vous ajouteriez volontiers à ce moment précis : et déforment la vieillesse. 

Commentaires

Dis donc quelle aventure
Je crois que j'aurais fortement paniqué
Avez vous pu jouer un peu au golf?
Bises à vous deux
Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 26/01/2015

Ben dis donc, ce n'est pas ton histoire qui m'encouragera à me dépayser. Bonne soirée.

Écrit par : monique ruiz | 26/01/2015

Quelle histoire ma chère Pierrette....
Je crois qu'à votre place j'aurai quelque peu paniqué !!!
Bon WE à vous deux et bisous
Anita

Écrit par : Anita | 31/01/2015

Coucou cousine Blanche !
Waouh ! quelle péripétie pour aller jouer au golf au soleil ;-) bon vous vous ennuyez pas quand vous partez en voyage les cousins. Cousine faudrait penser à écrire les mémoires celles de Pierrette et Bob en voyage... Gros bizoux Doubs soufflés dans ton pays loin là-bas des Comtois, ma foi !!!

Écrit par : françoise la comtoise | 31/01/2015

Voilà comment pour trois fois rien ... on passe des heures en explications au tel !!
gros bisous du Berry frisquet !!
Nicole et Henri

Écrit par : Nicole la Berrichonne | 02/02/2015

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique