UA-65865389-1
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/04/2017

CE MATIN, CE QUE JE VOIS...

 

1-P1000900.JPG

Un matin de semaine sainte. Pluvieux. Il faut dire que la nature fait son œuvre. Les timides bourgeons aux branches des bouleaux jaunes remplacent les gouttes d’eau déposées par une pluie abondante. Les dernières nappes de neige disparaissent à vue d'oeil. Ce matin, l’imperceptible montagne est emmitouflée dans son brouillard. Un temps de semaine sainte dirait-on.

Ce que je perçois avec un certain sourire, « quel bonheur, quelle chance »! c’est ma biche roupillant, qui a bien le droit de se reposer, Son faon à ses côtés, sur la baleine, comme l’appellent les moussaillons. Cette énorme plaque de granite, prolongement du rocher. Témoin de tout ce qui se passe au refuge. Là où l’on s’allonge pour regarder le ciel, le beau temps, les étoiles. Là, d’où l’on zieute la montagne pour voir le temps qu’il fera. Là où l’on se retrouve après avoir trop ri ou trop joué.  Ce dimanche, la baleine réchauffée par un soleil généreux nous rassemblera, nous offrira sa douce chaleur réconfortante, vivifiante. Ce sera Pâques, ce sera notre printemps.

JOYEUSES PÂQUES À VOUS TOUS,

DE LA PART DE NOTRE TRIBU.

01/04/2017

MON POISSON D'AVRIL

1-image0-1.jpg

Le soleil se lève à l’horizon. Pas vous! Vous n’êtes pas encore levé. Avant même d’ouvrir les yeux pour regarder le temps qu’il fera, déjà vous vous creusez les méninges. « Qu’est-ce que je pourrais bien trouver de drôle, de pas méchant, pour leur faire courir le poisson d’avril, cette année encore? Évidemment c’est de votre tribu et de quelques amis qu’il s’agit.

Depuis toujours, vous adorez faire courir le poisson d’avril. Vous avez passé outre une seule fois et ils ont tous craint que vous subissiez un malaise. Considérant votre grand- âge, ils seraient encore plus inquiets si vous omettiez de leur faire courir cette année.

Le téléphone sonne! Vous répondez. C’est l’un de vos deux fils au bout du fil : « As-tu reçu un appel des pompiers? » 

Non! 

Pour éviter le choc ou que vous tombiez dans les pommes, il tempère en ajoutant calmement : « Il semblerait qu’il y a le feu au bureau. Pour temporiser un peu plus il ajoute : J’y vais immédiatement et je te rappelle une fois sur place.»

Le seul mot que vous trouvez à dire : « d’accord! ». Et vous fermez.

Ce n’est pas ce que vous pensiez entendre en décrochant l’appareil, en ce premier avril.  Avant même d’avoir le temps d’annoncer la nouvelle à l’homme de votre vie, allongé à vos côtés, qui a tout entendu et songe déjà à se rendre sur les lieux, le téléphone sonne à nouveau. C’est le même fils, qui a l’air de rire aux larmes, arrivant à peine à vous dire,  tellement c’est drôle, « poisson d’avril! Tu devais bien t’en douter ».

Il vous a eue encore une fois.

C'est l’arroseure arrosée ou presque...

22/03/2017

UN MATIN FÉÉRIQUE

COUCOU, UN DÉCOR À COUPER LE SOUFFLE -17 AU THERMOMÈTRE.

1-P1000849.JPG

La montagne m'appelle, comment refuser son invitation.

Je chausse mes skis, le sommet m'attend.

Bonne journée sous ce ciel de printemps

07/03/2017

RETOUR DE MA CORNEILLE, N'EN DÉPLAISE...

 

1-P1000767.JPG

L'un de ces quatre matins, veille de la Saint-Valentin, en train de petit-déjeuner tout en lisant les nouvelles sur ma tablette, jetant de temps à autre un oeil à la fenêtre, attendant discrètement, j'ose dire nonchalamment, le moment de la visite des oiseaux (mésanges, pic-bois, juncos, geais bleus), ou celle de mes quatre faons échevelés pour avoir dormi la tête dans la neige.

Je lance soudainement, pour que l'homme et les quatre murs de la maison l'entendent: "ma corneille" Et je tempère en ajoutant par prudence: "si c'était elle, si c'était ma corneille, celle-là même que je tentais d'apprivoiser l'été dernier?" Je me précipite vers la fenêtre, l'ouvre et lance dans le ciel et à tout venant mon "gouack gouack gouack gouack" devenu légendaire. Aucune ressemblance avec le croassement rauque et discordant de ma corneille, cette espèce de grands passereaux de la famille des Corvidae, présents en Amérique du nord et au Québec.

L'homme de ma vie en a entendu d'autres. Il ne s'étonne plus. Aussitôt il me tend une bouchée de son croissant au cas "Zou" la bestiole ailée reviendrait.

Pour ajouter au suspence, en dépit de mon enthousiasme, je confie au scepticisme de ma moitié: "je croirai qu'elle est ma corneille, si elle m'entend et vient déposer son ramage et son plumage à l'endroit où elle atterrissait fidèlement l'an passé, dans un grand fracas d'ailes.

Le temps de deux ou trois gorgées de café et voilà de nouveau l'oiseau rare qui dépose ses deux ergots sur la "rampe de la galerie" à ma grande joie. Elle reluque vivement autour et de son oeil aussi noir que son plumage iridescend, me jette un regard que je n'arrive pas à décrire mais qui n'a rien de la langueur de celui de mes biches.

1-P1000760.JPG

C'est elle! c'est elle! Dans un cri de joie. J'ouvre la fenêtre et dépose tout doucement le croûton dans la boîte à fleurs. C'est l'hiver vous comprendrez. Elle a compris. Elle scrute les alentours, s'approche à son tour de la fenêtre pour saisir l'appât, repartir au vol et aller se percher sur son piquet de clôture favori. Je suis aux anges. Ma corneille est de retour. Ce sera bientôt le printemps.

Note: (La corneille d'Amérique est protégée par la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. C'est une espèce grégaire.

Les corneilles sont les seuls corvidés à effectuer une migration. À la mi-octobre, elles partent en bande vers le sud du Canada, le sud des États-Unis et le nord du Mexique. Celles qui trouvent suffisamment de nourriture peuvent rester à la même place toute l'année. Les migratrices annoncent leur retour entre la fin février et la fin mars.)  

 

 

 

01/03/2017

CÉLÉBRATION DU MARIAGE DE TANYA ET DE NICOLAS

 

UN MOMENT SOLENNEL DANS LA VIE

 DE TANYA ET DE NICOLAS

5-P1000707.JPG

Sinead, demoiselle d'honneur, remet les alliances à Julien, le neveu,

sous l'oeil attentif du célébrant, des mariés et du garçon d'honneur.

25 février 2017

à la chapelle Saint-Bernard

Mont-Tremblant

08/02/2017

JOYEUSE SAINT-VALENTIN - LE 14 FÉVRIER

3-P1000680-001.JPG

Un pied devant l'autre, j'ai tracé ce coeur pour vous.

 

 

Bonne nuit dans la tempête hivernale.

3-P1000621.JPG

 

Avant d’aller dormir bien au chaud dans notre refuge, je vous offre quelques photos "affriolantes" d’une belle tempête hivernale.

2-P1000624.JPG

Je les ai captées pour vous, parce que vous me demandez parfois ce qu’a l’air mon coin de pays. Et moi j’ajoute, dans la tempête. J’ose dire que c’est époustouflant de beauté.

Vu de la fenêtre bourrasques: tourbillons de neige, rafales.

4-P1000625.JPG

On ne voit ni ciel ni terre.

 

Bonne nuit et de beaux rêves sous la couette.

 

05/02/2017

VENEZ JOUER AVEC NOUS DANS LA NEIGE

1-P1000614.JPG

01/02/2017

Pour le plaisir des lieux

2-P1000607.JPG

UN PETIT COUCOU DE LA PART DE

MA BICHE ET SON FAON

À BIENTÔT

 

23/01/2017

UNE MAISON À INSECTES

2-L1050340.JPG

Vous voyez cette jolie petite chose à la fière allure, ayant pignon sur jardin chez Nicole et Henri, nos amis berrichons.

Une adorable petite chose qui retient mon intérêt, même sans connaître le pourquoi de sa raison d’être, son rôle s’il en est un, son usage également. Elle me fascine.

Loin d’être renfrognée dans son coin, elle s’affiche à tout venant, dans son entourage de verdure, sertie comme il se doit de plantes, d’herbages et de fleurs.

Et  moi, devant cette inimaginable petite chose, je craque d’admiration.

C’est une maison à insectes! Chuchotent  tour à tour nos hôtes et auteurs du bâtiment. Nous sommes à Châteauroux, dans le Berry en plein cœur d’une bloguinade  (expression consacrée pour définir des retrouvailles, divinement chaleureuses, d’amis blogueuses et blogueurs  réunis sous la bannière de (Blog50.com)

3-P1000256.JPG

En octobre dernier, durant leur séjour au Québec, les cousins de France nous ont fait  le plaisir et l’honneur d’une visite de quelques jours, à Tremblant, pour célébrer les splendeurs de l’été indien, découvrir la beauté de ses villages, de ses lacs, et rivières; de sa faune et de sa flore. Au fil des jours et des conversations,  nos visiteurs se remémorent l’engouement et l’émerveillement qu’avait  suscité chez moi, la vue de leur maison à insectes. 

1-P1000439.JPG

Dès leur retour dans leur beau pays, sans hésiter, ils me font parvenir Oh! Surprise! Livrée à ma porte, vous avez deviné! « La plus jolie des maisons à insectes du monde ».

Quoi de plus précieux pour une amoureuse de la nature, de tout ce qui l’entoure, de tout ce qui existe, croit ou bouge. Ce présent de leur part fut pour moi un pur enchantement

Le printemps venu, ce précieux souvenir trouvera sa place au jardin. Je rêve déjà d’y réunir mes Trésors : Julien, Charlotte, Ella, Arthur, Laila, sans oublier Thomas. Je leur parlerai de Nicole et d’Henri,  ces amis soucieux de l’importance  de la présence des insectes utiles dans leurs jardins.  Ils découvriront du coût, la belle histoire du rôle que jouera notre maison des insectes dans notre décor familier où s’y logeront : coccinelles, papillons, abeilles, et autres  insectes et ce au grand bonheur de notre environnement et de dame nature.

Merci les cousins Berrichons

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique